Le maraîchage est susceptible de constituer une importante activité de courte saison à minima.

L’apport est double. D’une part, le maraîchage contribue à augmenter les ressources en nourriture, d’autre part, il représente une source de revenu permettant la scolarisation des enfants.

Cette activité rencontre cependant des difficultés considérables notamment :

- la rareté et l’utilisation de l’eau,
- la difficulté d’aménager des espaces,
- la protection de ces espaces contre les animaux,
- la mise à disposition de bonne semences,
- l’exigence d’un travail quotidien,
- la logistique pour la vente,

Alfa a décidé de participer au lancement de cette activité en finançant la réalisation d’un bassin d’eau et en contribuant à la réalisation des puits (photo).

Pour que l’activité de maraîchage soit pérenisée les associations de femmes du village doivent se l’approprier.

S’il s’avère que les coûts de réalisation des puits sont trop élevés pour le budget d’Alfa et nous avons donc noué des contacts avec une autre association "Sundgau-Faso" qui oeuvre uniquement dans le domaine de l'eau en équipant les villages qui en sont dépourvus de puits d'eau potable. Plusieurs conférences communes ont été organisées par les deux associations qui ont permis de récolter des fonds qui seront utilisés pour ce projet de maraichage.

De nombreux projets de cette nature ont d’ores et déjà été concrétisés au Burkina par des ONG.

Le maraichage connait un fort engouement ces dernières années au Burkina



Nous invitons toutes les personnes intéressées par le maraichage en Afrique et les différentes techniques à découvrir le projet de la ferme pilote de Guié a travers ce petit film produit par l'association Zoramb Naagtaaba pour l'ONG Terre Verte.

La vidéo peut aussi être téléchargée au format flash ici